«

Les « Poupées Grand’mère » de Jacques SALMON

Une boutique au charme d’antan, peuplée de « Poupées Grand’mère »… à offrir sans hésiter !

Elles ont ce petit quelque chose qui retient l’attention, qui vous accroche. Elles réveillent, titillent, émoustillent votre curiosité, vous dessinent un sourire sur le visage, bref, elles vous séduisent ! Une belle idée de cadeau pour toute sorte d’occasions…

Les plus sages sont exposées en vitrine, les plus audacieuses installées dehors, juste devant le magasin, prêtes à vous interpeller pour faire un brin de causette avec vous…  « Hmm, l’air est bon aujourd’hui… » Elles semblent même vous dire, avec une pointe d’espièglerie dans le regard : « Regarde-nous, on ne te rappelle pas quelqu’un ? » Et si, bien sûr ! la génération précédente, ou celle d’avant encore. Qu’elles nous fassent penser à nos parents ou grands-parents, l’air de rien, ces poupées-là, profitant de notre étonnement, nous jettent un sort et finissent par nous attirer à l’intérieur de la boutique de celui à qui elles doivent d’exister…

Alors, on pénètre dans un autre monde, feutré. On se retrouve à une autre époque, où le temps s’écoule simplement au rythme des saisons. Où les jours arrivent l’un après l’autre, avec leur lot de petits bonheurs, ou petits soucis parfois. Mais tout est petit ici, alors pourquoi s’en faire ? Demain finira bien par arriver, avec le bleu du ciel ou une ondée, on le cueillera, on le vivra. Et puis c’est tout.

Les grands-mères tricotent, les grands-pères lisent le journal, ils sont à la fenêtre. Petites lunettes rondes sur le nez, bonnet de coton sur la tête, Grand-mère est vêtue d’une blouse en tissu à fleurs, brodée de dentelle. Grand-père, coiffé le plus souvent d’un béret noir, est chaussé des mêmes petites lunettes et porte une chemise à carreaux, ou bien la chemise blanche du dimanche et son petit gilet. Pour un peu, on entendrait la pendule qui fait tic-tac au salon, le chat qui ronronne, ou le feu qui crépite dans la cheminée. Ambiance et charme d’autrefois. Le temps déroule ses heures lentement autour d’eux, il glisse sur leurs gestes, leur peau, en y déposant bien sûr quelques signes de son passage… Il saisit les couples à leur fenêtre.

Il ? Le temps ? Oui mais pas seulement. Jacques SALMON aussi, leur génial créateur. Jacques SALMON fabrique ses poupées et les « attache » à des objets utilitaires, style dérouleur de sopalin, boîte à courrier, porte-clés, porte-filtre à café, étagère à épices, accroche-torchons ou encore dérouleur de papier-toilette.

Il réalise aussi des vitrines, véritables tableaux en trois dimensions ‒ avec éclairage pour certains ‒, dans lesquels il met en scène « Papi » et « Mamie » dans des situations de la vie quotidienne. On s’y croirait !

Elle prépare des confitures ou corrige les cahiers de ses élèves (ah oui, elle aussi a un vécu d’institutrice… !), tandis que lui, scie du bois, répond au téléphone à son bureau, quand il n’enfile pas, à ses heures, son tablier de barman pour servir les clients. Quoi que… on peut tout aussi bien le retrouver à la cave, à refaire le monde avec son meilleur copain devant un bon verre de vin !

 

Jacques SALMON façonne ses personnages avec la passion de l’artiste… et avec la complicité de sa compagne, qui confectionne des vêtements sur-mesure à chacune des poupées. À eux deux, ils réunissent le soupçon de malice et le brin de magie nécessaires pour réussir à glisser dans leur univers cette dimension féerique qui nous redonne nos yeux d’enfants émerveillés (pour peu qu’on les ait perdus en chemin…).

 

Ah, quel joli voyage ce petit tour de boutique ! On ne peut pas en ressortir les mains vides. Voici de belles idées de cadeaux à offrir mais…. lesquels choisir… ? Allez, entrez, laissez-vous tenter…

 

 

Alors, prêts ? Vous venez avec moi ? Les Poupées Grand’mère,
c’est par ici :

Site internet : www.najaccreation
Tél : 06 48 46 90 79
Atelier boutique (juillet/août) :
5, rue du Bourguet – 12270 NAJAC
Atelier permanent (hors période estivale) :
401, route de Roulet – 38620 SAINT-GEOIRE-EN-VALDAINE

 

 

Crédits photos : Jacques SALMON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*